vendredi 1 décembre 2017

L’argent public pour les services publics !


Lors du dernier Conseil municipal, les aides à l’usine PSA-La Janais ont été évoquées par le maire et la majorité municipale. Voici un extrait de ce que j’ai dit à ce propos :

« Outre le rachat des terrains de PSA à prix d’or par les collectivités locales, il y a aussi les 2,34 millions d’euros de subvention de Rennes Métropole auxquels s’ajoutent les 9,9 millions d’euros de la Région pour la « modernisation de l’usine de la Janais ».

Au moins 12 millions d’euros issus de nos impôts pour PSA ! Mais combien d’autres millions pour d’autres entreprises de la région (Cooper, Jean Rozé, etc.). Au nom de la « sauvegarde de l’emploi », les politiciens locaux de tout bord acceptent le racket imposé par des actionnaires riches à milliards : « Vous passez à la caisse ou  on ferme ! »

Résultat : des milliers d’emplois supprimés. Et quand il y a de nouveau des embauches, elles sont en CDD ou en intérim.

« Alors, oui, je tiens à dénoncer ici les subventions attribuées par Rennes Métropole et la Région à la richissime société PSA. »

         Le « président des riches » Macron et les politiciens locaux sont sur la même longueur d’onde : « Ultra-riches : enrichissez-vous ! »…sur le dos des travailleurs.

Tribune Lutte Ouvrière du journal municipal (décembre 2017)

mercredi 1 novembre 2017

Pour la fermeture du centre de rétention de Saint-Jacques !


Cela fait maintenant 10 ans que le centre de rétention administrative de St-Jacques, près de l’aéroport, est ouvert. Son bilan est révoltant : plus de 8000 personnes enfermées parce qu’étrangers et sans-papiers ; plus de 2100 personnes expulsées vers un autre pays.

Cette politique de chasse aux migrants aggravée par Sarkozy, a continué sous Hollande et maintenant sous Macron.

Beaucoup d’argent et d’énergie dépensés pour réprimer des êtres humains qui fuient la misère, la guerre ou la dictature. Cela serait plus utile à construire et financer des lieux d’hébergement décents. Pas seulement pour les sans-papiers mais aussi pour tous les sans-abris, notamment ceux qui seront expulsés de chez eux avant la trêve hivernale.

Au même moment, Macron s’attaque au logement social en diminuant les APL.

C’est toujours la même logique, s’en prendre aux pauvres, quelle que soit leur origine ou leur couleur de peau, pour donner aux très riches. Une logique que le monde du travail doit combattre.



Tribune Lutte Ouvrière du journal municipal (novembre 2017)

dimanche 1 octobre 2017

« Contrats aidés » : il faut embaucher dans les services publics !


Parmi les nombreuses mesures de ce gouvernement Macron contre les classes populaires, il y a eu l’annonce de la suppression de 150 000 « contrats aidés ». Pour la région rennaise, ce sont plusieurs centaines de personnes qui sont concernées et qui ont perdu brutalement leur emploi.

C’est vrai que ces emplois, créés par le gouvernement Hollande, sont précaires et très mal payés.

Mais, dans les communes, les écoles, les maisons de retraite, les associations, il y a d’énormes besoins de personnel pour des services publics de qualité.

Alors qu’il y a plus de cinq millions de chômeurs, des embauches massives avec des contrats et des salaires décents s’imposent. L’argent nécessaire est disponible. Rien que dans les milliards de cadeaux et subventions aux plus riches.  



Tribune Lutte Ouvrière du journal municipal (octobre 2017)

lundi 11 septembre 2017

La Fête annuelle de Lutte Ouvrière à Rennes


La fête de Lutte Ouvrière aura lieu le samedi 30 septembre 2017, de 15 h à minuit,

au Centre social Carrefour 18,  n° 7, rue d'Espagne, à RENNES. (Métro Henri Fréville)



Ce sera l'occasion de discuter, dans une ambiance fraternelle,

des luttes que le monde du travail doit mener face aux attaques du patronat





Au programme :



16 h : projection d’un film documentaire

La révolution russe de 1917



18 h 30 : Allocution politique de Nathalie ARTHAUD



21h30 : débat

Reconstruire un parti représentant les intérêts politiques du camp des travailleurs, c’est-à-dire un parti visant au renversement de l’ordre capitaliste, un parti communiste »



17 h et 20 h 30 : conférence scientifique :

Les prévisions météo et l’effet papillon

   

19 h 30 : apéritif et repas

Sauté d’agneau



21 h : spectacle musical 

Jazz’Am Quartet  (standards de jazz revisités et arrangés)


Des expositions politiques

Une librairie pour petits et grands et pour tous les goûts

Un espace réservé aux petits

Des jeux

Un cabaret

 De la restauration :

pizzas, quiches, huîtres, gaufres, crêpes, pâtisserie, glaces

Une buvette


Entrée sur place : 6 € (5 € à l’avance)

vendredi 1 septembre 2017

Fête annuelle de Lutte Ouvrière le 30 septembre


Comme annoncé, Macron, son gouvernement et sa majorité de députés godillots sont à peine au pouvoir qu’ils multiplient les attaques ou les annonces d’attaques contre le monde du travail. En même temps, comme les pouvoirs précédents, de droite ou de gauche, ils annoncent des mesures en faveur des riches et du grand patronat.

La première attaque principale est celle contre le Code du Travail. Tant mieux, une première journée d’action pour défendre le peu de protections qui restaient aux travailleurs est prévue le 12 septembre. Souhaitons qu’elle ne sera qu’un premier pas vers une mobilisation de plus en plus massive et profonde de l’ensemble du monde du travail.

Dans ce contexte, les militants de Lutte Ouvrière organisent leur Fête annuelle le 30 septembre, à Rennes, de 16 h à Minuit, à Carrefour 18, rue d’Espagne (M° H. Fréville).

Pour le programme de la Fête, les cartes d’entrée, etc., vous pouvez consulter mon blog.



Tribune Lutte Ouvrière du journal municipal (septembre 2017)