lundi 31 octobre 2022

AUX GRANDS GROUPES CAPITALISTES DE PAYER L’AUGMENTATION DES FACTURES !

 Voici ce que j’ai déclaré au Conseil municipal du 26 septembre au sujet d’un vœu de « bouclier tarifaire énergétique » pour la commune :

« (…) les augmentations des tarifs du gaz et de l’électricité s’additionnent à celles des prix des produits de première nécessité et obligeront de nombreuses familles à choisir entre se chauffer et se nourrir.

Alors, qui de Total, Engie et autres gros capitalistes, ou de nous doit payer la facture ? C’est à eux de la payer. Ils sont les premiers profiteurs de la hausse des prix (…).

En conséquence, je m’abstiens sur ce vœu de « bouclier tarifaire ». Nous, Lutte Ouvrière, refusons de cautionner ce soi-disant bouclier qui ne protègera ni la population, ni les collectivités locales. Car le gouvernement entend bien répercuter sur la population le financement de ces mesures, sous forme d’impôts supplémentaires ou d’économies réalisées aux dépens des services publics. Son principal objectif est de protéger les profits des capitalistes de l’énergie avec l’argent de la collectivité. »

 Tribune Lutte Ouvrière du journal municipal (novembre/décembre 2022)

jeudi 1 septembre 2022

A SAINT JACQUES, DES TRAVAILLEURS SE FONT RESPECTER !

Les 25 pompiers de l’aéroport de Saint Jacques, salariés de l’entreprise Securitas, se sont tous mis en grève durant toute la semaine du 24 au 30 juin. Ils se sont battus pour leurs salaires, tantôt dans l’aérogare, tantôt devant l’aéroport en organisant des barrages filtrants auprès des automobilistes afin de faire connaître leur mouvement. Chaque jour ils ont décidé tous ensemble des actions à mener et de poursuivre ou non la grève. Leur direction a manœuvré contre la grève pour obtenir la reprise immédiate du travail, y compris en lançant des fausses nouvelles. La préfecture a soutenu leur patron en réquisitionnant 2 pompiers sur chaque plage de travail. Ils ont tenu bon. Ils ont obtenu une prime de 300 euros et la majoration de 50% de leurs heures de travail le week-end. Surtout ils ont fait l’expérience de leur force collective face à une direction qui les méprise. Un exemple à suivre. 

------- 

 Lutte ouvrière organise comme chaque année une fête qui se tiendra à Rennes au centre social Carrefour 18, rue d’Espagne le samedi 8 octobre. Venez nombreux ! 

  Tribune Lutte Ouvrière du journal municipal (Septembre/Octobre 2022)

vendredi 1 juillet 2022

IL FAUT IMPOSER DES SERVICES PUBLICS DE QUALITÉ !

 

L’ouverture de la 2ème ligne de métro va chambouler les circuits actuels des bus sur St-Jacques. Un exemple, il est envisagé la suppression de l’arrêt de bus de la Gautrais. Les besoins de la population de St-Jacques, et plus largement des habitants de la Métropole, passent après les profits de Keolis (30 % de marge en 2018). Dans ce domaine, comme dans d'autres, il faudrait imposer l'inverse. 

Au conseil municipal de mai, les projets de constructions d’immeubles ont été présentés : une explosion ! Combien concerneront les logements bon marché ? Là encore, ce sont des promoteurs privés qui vont en profiter.

Pour la collecte des ordures ménagères, c’est le groupe capitaliste Suez qui a signé un contrat avec Rennes Métropole pour 80 millions d’euros en 2017.

Chacun subit aussi la flambée des prix des carburants et du gaz.

Face à la rapacité des entreprises capitalistes, dont les dirigeants de la Métropole sont complices, nous devons imposer nos intérêts : des salaires, des pensions et des allocations à pas moins de 2000 € par mois. Et des services publics du logement, de la santé, des transports, de l'éducation, à prix coûtant et de qualité.

Tribune Lutte Ouvrière du journal municipal (Juillet/août 2022)

samedi 30 avril 2022

VOTE DES BUDGETS DE LA COMMUNE

 À la réunion du Conseil municipal de mars je me suis abstenu sur le vote des budgets de la commune. J’ai exprimé ainsi mon rejet de l’étranglement des collectivités territoriales par l’État.

Certes, cette année la dotation générale de fonctionnement (DGF) que verse l’Etat à la commune de Saint Jacques augmente de 6 %, mais c’est en partie dû à l’augmentation de la population.

De nombreuses communes voient les versements de l’État diminuer.

Alors que les communes devraient être dotées de moyens en augmentation pour faire face aux difficultés grandissantes de la population, l’essentiel des 100 milliards d’euros du prétendu « plan de relance » du gouvernement ne va pas vers les services publics.

Il va vers les plus grandes entreprises et leurs actionnaires, dotés de moyens supplémentaires pour accroître leurs fortunes personnelles et pour spéculer encore et toujours.

Ce détournement d’argent public se fait au détriment des besoins matériels et culturels des classes populaires dont les services publics sont les plus nécessaires.

En m’abstenant, j’exprime mon refus de cette austérité désastreuse.

 

Tribune Lutte Ouvrière du journal municipal (mai/juin 2022)

lundi 28 février 2022

POURQUOI NOTRE CAMARADE NATHALIE ARTHAUD EST CANDIDATE À L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2022

Elle ne se présente pas pour être présidente (sous la coupe des capitalistes), mais pour renverser le système, en incitant les travailleurs à prendre en mains toute l’économie à leur place ! Sans les travailleurs, la société ne pourrait pas tourner.

Un salaire et une pension minimum de 2 000 € par mois c’est indispensable. Cela doit devenir un objectif pour le monde du travail ! Les travailleurs d’abord !

L’emprise du capitalisme sur la société est une catastrophe. Elle entretient les rivalités, les guerres, le chômage, les famines, le terrorisme, l’absence de vaccins pour une grande partie de l’humanité, le blocage des salaires et des pensions à un niveau trop bas, la pollution, la dégradation des services au public…

Affirmer nos intérêts communs de travailleurs, opposer à la bourgeoisie notre force collective par des luttes puissantes, c’est indispensable pour se faire respecter, pour changer le rapport de forces avec le patronat. Dire que nous voulons une société sans domination des capitalistes, c’est le sens du vote pour Nathalie Arthaud, celui qui prépare l’avenir.

 Tribune Lutte Ouvrière du journal municipal (mars/avril 2022)